Comment fonctionne la motivation

les théories de la motivation, la psychologie - comprendre son fonctionnement de motivation pour réaliser ses envies.

Ce sujet fera l’objet de plusieurs articles. Voilà quatre ans j’ai animé des ateliers sur cette thématique qui me tient à cœur puisque la motivation est à l’origine de nos réussites. Je vais donc commencer par présenter les généralités et suivront d’autres articles avec des pistes de réflexion.

Pourquoi cette thématique ?

Parce qu’au moment de la nouvelle année, nous retrouvons notre motivation et prenons de bonnes résolutions. Nous nous donnons des objectifs professionnels et personnels.

Pour ce, nous nous découvrons un enthousiasme qui s’étiole parfois très vite car nous finissons par manquer de motivation, et nous baissons les bras en nous disant : « je n’y arriverai jamais de toute façon. »

Le fait est que de manière insidieuse, nous entrons dans une spirale d’échec liée à notre motivation. Où est notre volonté de réussir ? Où est passé notre motivation ou nos motivations ?

Pour activer ce phénomène, nous devons en comprendre le mécanisme ainsi que notre propre fonctionnement, qu’est ce qui nous fait agir ? Qu’est ce qui nous motive ?

Qu’est ce que la motivation ?

Si nous devons la définir, la motivation est cette force intérieure qui nous permet de nous donner des objectifs afin de répondre à un besoin parfois extérieur, parfois intérieur, parfois les deux.

Elle est créée et entretenue par des  facteurs ou stimuli internes ou externes qui nous poussent à agir pour satisfaire un désir.

Répondre à un desiderata.

Plus nous sommes conscients de nos besoins, plus nous restons honnêtes avec nous-même, et plus nous avons de chance de réussir.

Dans un premier temps, il nous faut repérer nos propres besoins, pas ceux que la société décrit, les Nôtres, ceux qui nous ressemblent, qui nous font vibrer.  Nous avons le droit d’être ambitieux et motivés.

En connaissant ce qui nous anime, nous saurons trouver notre motivation. Les théories ci-après nous aideront à nous situer et à déployer notre détermination.

Les mécanismes.

On ne peut parler des théories de la motivation sans appréhender l’aspect psychologique de la motivation. Cela commence par là, comment elle se met en place chez l’individu. Toutes les théories qui suivent ont été pensées à partir de cette notion.

La motivation, comment elle se met en place.

La notion psychologique

La psychologie de la motivation a été élaborée par le philosophe et psychologue Paul DIEL né en 1893 et mort en 1972.

DIEL fait référence à la psychanalyse et s’appuie sur Freud et Adler.

L’approche de DIEL comporte différents aspects :

1.  Une méthode : D’auto-observation ou introspection qui permet d’appréhender le psychisme.

2.  Description de notre fonctionnement psychique : c’est-à-dire qu’en s’observant nous-même nous arrivons à déceler quels désirs réaliser pour nous satisfaire.

3.  Fonctionnement extra conscient : rêves, symptômes psychosomatiques, tout ce qui se met en place à « notre insu ».

l’origine de la motivation.

Initialement, ces théories trouvent leur origine plus particulièrement dans le domaine professionnel.

Le terme de motivation est apparu au XXème siècle, dans les années trente. Depuis les années 60, les études portant sur la motivation se sont multipliées. Elles permettent de comprendre les différents degrés de la motivation et permettent d’en repérer les facteurs.

Les fondateurs de la théorie de la motivation.

La théorie des Organisations

Le Taylorisme

TAYLOR (1911)

Taylor est considéré comme l’un des pionniers du management et plus précisément  du management scientifique du travail.

Il met en place le productivisme et la rentabilité en parcellisant le travail pour augmenter la production. Il motive le salarié par l’intéressement au rendement. Pour lui la seule motivation est de travailler pour gagner plus.

Ainsi, l’augmentation de la productivité passe par de nouvelles conditions de travail :

  • Le chronométrage des tâches à effectuer
  • La segmentation des tâches
  • La séparation des tâches exécutives et celles d’organisation
  • La spécialisation des ouvriers pour chacune des tâches.

Théorie du management

MAYO (1940) – 

Elton MAYO met en évidence le facteur social (aspect psychologique) dans la motivation du travail. C’est-à-dire qu’il met en relation la productivité et la satisfaction des ouvriers dans leur travail. Le salarié a besoin de relation et d’intégration au sein de son groupe de travail.

Pour que la motivation individuelle soit amplifiée et soutenue, il propose de jouer sur :

  • Environnement de travail (éclairage, bruit, chaleur…
  • Environnement relationnel (intégration dans un groupe, dynamique…
  • L’encadrant devient animateur d’équipe (écoute et conciliation) plutôt que chef d’équipe (autorité et obéissance).

Théorie de la pyramide des besoins

MASLOW (1954) –

Abraham Maslow est un des précurseurs du mouvement du potentiel humain. Il a montré que certains individus étaient capables d’aller au-delà d’eux-mêmes, d’affronter des épreuves pour atteindre un objectif.

Il est l’origine de la théorie de la hiérarchie des besoins qui, aujourd’hui, est considérée comme une référence essentielle.

Sa théorie prend appui sur les aspirations et désirs concrets, c’est la pyramide des besoins.  https://www.youtube.com/watch?v=u51LxjdYBVw 

Pyramide de Maslow

Selon Maslow nous ne pouvons passer à un niveau supérieur que si nous avons satisfait le besoin de base.

Théorie des deux facteurs

HERZBERG (1923 à 2000) –

Herzberg s’est rendu célèbre avec sa théorie des facteurs d’hygiène et de la motivation. Il parle de facteurs de satisfaction au travail et d’insatisfaction.

La formule de la motivation selon Herzberg

Motivation = absence d’insatisfaction + satisfaction

Pour lui, les facteurs d’insatisfaction sont relatifs aux conditions de travail. Les facteurs de satisfaction sont relatifs à l’épanouissement de l’individu dans son travail.

Ces deux facteurs, – la satisfaction et l’insatisfaction au travail – agissent de manière indépendante. Ainsi, le contraire de la satisfaction n’est pas l’insatisfaction mais l’absence de satisfaction. De la même manière, le contraire de l’insatisfaction est l’absence d’insatisfaction.

Détail des causes.

 Les facteurs « d’hygiène » ou facteurs d’insatisfaction.

1.   Les raisons d’insatisfaction relatives aux conditions de travail, doivent avoir un niveau minimal de base :

  • Politique salariale
  • Conditions de travail
  • Salaire
  • Système de supervision
  • Statut
  • Sécurité du travail

Pour Herzberg, l’élimination des facteurs d’insatisfaction ne suffisent pas à maintenir la motivation. Il faut y ajouter les propres besoins internes qui sont les facteurs de satisfaction.

Les Facteurs de satisfaction.

Les causes de satisfaction sont relatives à l’épanouissement de l’individu dans son travail :

  • L’accomplissement
  • La reconnaissance
  • L’intérêt du travail lui-même
  • La responsabilité
  • L’évolution de carrière
  • Le développement personnel

Rien n’est plus insondable que le système de motivations derrière nos actions.

(Lichtenberg, 1997

Théorie des attentes

VROOM (1964) –

Contrairement à Maslow et Herzberg, la théorie de Vroom ne se focalise pas sur les besoins, mais relie la motivation d’un individu à ses attentes et les chances qu’il possède de les atteindre.

La théorie des attentes décrit les comportements humains. Il s’agit d’une théorie cognitive de la motivation au travail.

La motivation est vue comme une force déterminée par trois facteurs qui se combinent de façon multiplicative  :

  •  L’expectation 
  •  L’instrumentalité 
  •  La valence

Théorie de Vroom ou théorie des attentes.

Ainsi Vroom affirme que la force motivationnelle dépend de trois facteurs :

L’expectation  : C’est la réponse à la question « Suis-je capable de » ? « Quelles sont mes chances de réussite » ? La motivation dépend de la confiance qu’a l’individu dans ses capacités à atteindre l’objectif.

L’instrumentalité : C’est la réponse à la question « que vais-je obtenir par ma performance” ? La motivation dépend du niveau de récompense obtenue par l’effort.

La valence : C’est la réponse à la question « quelle valeur accorder aux avantages obtenus” ? La motivation dépend de la valeur attribuée à la récompense par l’individu. 

Théorie de l’auto-détermination

DECI en 1975 (enrichie par Deci et Ryan (1985, 2002)), Théorie de l’auto-détermination. http://alain.battandier.free.fr/spip.php?article1

Deci et Ryan parlent de la motivation intrinsèque et extrinsèque. Ainsi, cette nouvelle théorie présente l’originalité par rapport aux précédentes, de distinguer deux types de motivation suivant qu’elle est « imposée » ou non.

La motivation intrinsèque : l’action est conduite uniquement par l’intérêt et le plaisir que l’individu trouve à l’action, sans attente de récompense externe.

La notion extrinsèque : l’action est provoquée par une circonstance extérieure à l’individu (punition, récompense, pression sociale, obtention de l’approbation d’une personne tierce…).

Ces deux types de motivations sont complétés par un troisième état : “l’amotivation”

L’amotivation  : l’individu a le sentiment d’être soumis à des facteurs hors de tout contrôle. 

L’amotivation se distingue de la motivation extrinsèque par l’absence de motivation liée au sentiment de ne plus être capable de prévoir les conséquences de ses actes.

Plus récemment les théories de motivation mettent l’accent sur l’auto efficacité et sur l’activité du mental. (Auto suggestion).

Théorie de l’apprentissage social

Albert Bandura (1986- revue en 1997).

Ses recherches nous incitent à nous questionner sur les subtilités qui permettent de mettent en fonction tel comportement ou compétence et met en avant l’interaction entre l’esprit et notre environnement. On peut évoquer ici l’apprentissage par reproduction.

Il est à l’origine de la théorie de l’auto efficacité. C’est la perception que nous avons de notre capacité à atteindre l’objectif souhaité (confiance et affirmation de soi).

La théorie de Bandura dit que l’auto efficacité est la croyance ou schéma que nous possédons en notre capacité d’organiser, de projeter, d’exécuter notre action.

L’auto efficacité est le fondement de la motivation humaine et de l’accomplissement personnel. Si vous ne vous croyez pas capable d’atteindre un résultat vous ne serez pas incité à agir. Ce que l’individu croit influence sa motivation et ses actes.

Bruno Fortin, psychologue depuis 35 ans a une position qui rejoint celle de Bandura. Pas de théorie particulière mais un travail, des recherches portant sur la communication et la connaissance de soi.

Ce dernier parle de motivation psychologique et physiologique, sa théorie est de l’ordre de l’affirmation de soi, de la confiance en soi. http://brunofortin.com/  et Comment réaliser son rêve ?

Apprenons à remonter notre motivation.

Pour terminer ce premier article sur la motivation, il n’y a pas de façon universelle de se motiver car nous sommes tous différents, il faut juste identifier son propre style de motivation.

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles.

Senèque

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :